Les défis du leader évolutif: comment apprendre des situations difficiles pour co-créer des solutions efficaces

Essayez d’imaginer que vous êtes dans votre voiture et que vous avez réglé le navigateur à un endroit où vous n’êtes jamais allé auparavant. À un certain moment, le navigateur vous montre une petite route; vous hésitez un peu à le prendre, mais par contre vous ne connaissez pas d’autres routes et c’est lui qui vous guide. Au fur et à mesure que vous avancez, il commence à faire sombre et vous vous retrouvez dans une rue sans issue, dans une zone où il n’y a plus de champ et même pas votre smartphone ne peut vous aider. Vous regardez autour de vous et vous êtes complètement seul.
Vous vous sentez perdu et vous vous demandez: ” Qu’est-ce que je fais maintenant?”

Je vous ai raconté ce court épisode parce que je pense que le moment que nous vivons, caractérisé par des événements imprévisibles, une grande incertitude et une grande complexité, met les gens – et en particulier les dirigeants – dans la même situation que notre malheureux chauffeur.

Les repères font défaut , on se rend compte que les stratégies adoptées par le passé ne sont plus adéquates pour faire face à cette nouvelle situation et tout change rapidement. Nous avons du mal à interpréter correctement le peu d’informations dont nous disposons et nous ne nous sentons pas préparés à faire face aux défis et aux décisions qui nous attendent.

Que faire et comment agir dans cette situation? Comment tirer des leçons des situations de crise pour co-créer des solutions efficaces?

Une indication vient de la théorie U d’ Otto Scharmer, une méthode qui met en évidence le lien étroit entre la façon dont nous prêtons attention et les actions que nous générons.

Premièrement, il est important que nous prenions conscience de la façon dont nous réagissons face à des situations et des événements qui nous mettent en difficulté.
Essayons-nous de nier la situation et de prétendre que rien ne s’est passé? Minimisons-nous les problèmes? Nous plaignons-nous tout le temps? Commençons-nous à blâmer les autres pour ce qui ne fonctionne pas, plutôt que de reconnaître nos responsabilités? Ou est-ce que nous prenons conscience de la situation, essayons-nous de l’analyser, d’identifier les voies de sortie possibles et d’agir de manière responsable et concrète pour la changer?

Il est évident que le premier mode de réaction ne mène nulle part et ne peut qu’empirer les choses, tandis que le second active la volonté et les ressources disponibles pour agir sur d’éventuels changements.

La route qu’indique Otto Scharmer prévoit donc:

  • commencer par écouter soi-même et les autres , créer un espace ouvert qui favorise la contribution de tous, en particulier de ceux qui apportent des demandes et des visions différentes des nôtres;
  • être réellement disposé à accepter sans jugement ni préjugés et observer avec l’esprit, le cœur et ouvrira tout ce qui émerge. C’est passer d’une vision cause-effet et d’une approche «réactive» à une vision large et systémique, qui relie notre point d’observation à celui de notre équipe, de l’entreprise et des différents intervenants (clients, fournisseurs et contexte). De référence) ;
  • arrêtez-vous et réfléchissez pour abandonner tout ce qui n’est plus nécessaire et faites place à de nouvelles prises de conscience, idées et perspectives. C’est un espace précieux, de connexion profonde avec notre sagesse intérieure et avec tout ce qui nous entoure, qui nous permet de transformer la hâte d’agir, sans savoir où aller et pourquoi, en rapidité et clarté d’action;
  • enfin expérimenter , à travers un petit prototype, la validité de nos intuitions pour les vérifier et les affiner au fil du temps avant de les considérer comme valides et définitives.