Redémarrer: les défis auxquels nos entreprises sont confrontées après le confinement

Où étions nous

Nous sommes entrés dans la soi-disant Phase 2, nous devons redevenir « libres » de manière responsable car pour sauver non seulement la société mais surtout l’économie, nous devons faire preuve d’engagement, de positivité et de constructivité. Les entreprises commencent lentement à reprendre leurs activités, s’efforçant d’observer les mesures de réouverture et les protocoles gouvernementaux nécessaires, à la suite des mesures d’isolement et de fermeture des activités imposées par l’urgence sanitaire Covid-19.

Un moment difficile, qui voit chaque acteur économique aux prises avec ce qui est nécessaire pour anticiper, interpréter les besoins et les préoccupations des clients en termes d’implications sanitaires et économiques.

Quiconque est un entrepreneur – qu’il soit petit ou grand – se retrouve, aujourd’hui plus que jamais, à défendre la santé de ses travailleurs, c’est-à-dire qu’il doit défendre son entreprise et, par conséquent, l’économie.

Nous sommes dans une phase ” cruciale “: le pays doit démontrer qu’il est capable de garantir la stabilité économique et sociale; chacun de nous doit assumer ses responsabilités en adoptant les mesures de prévention nécessaires et les plus adaptées à son secteur d’activité.

Phase 2 – en montée

La phase 2 est une lutte difficile: il n’est pas facile et bon marché de s’adapter aux mesures de protection sociale et de distanciation conformément aux protocoles signés par le gouvernement.

Les entreprises sont confrontées à diverses dispositions qui dictent des règles: réorganisation des espaces et des horaires, reconsidération des instruments contractuels, assainissement, nouveaux modes d’accès au lieu de travail, suivi des conditions de santé des travailleurs pour identifier qui est « positif » et donc « contagieux ».

Dans le mare magnum des différentes communications et dispositions, en vue de gérer les risques et de garantir la continuité des activités, il serait souhaitable, lorsque cela est possible, d’observer certaines règles de bon sens et de rationalité réfléchie, telles que:

  • assurer une collaboration étroite entre toutes les parties prenantes , y compris les syndicats, afin de garantir des partenariats réactifs et efficaces entre les entreprises et les travailleurs;
  • mettre en place des groupes d’entreprises responsables de la prévention, correctement formés;
  • établir des relations organiques avec les établissements de santé locaux (et adapter ceux avec l’INAIL) pour un suivi périodique de la santé du personnel;
  • rester toujours en contact avec les autorités sanitaires locales pour la gestion des travailleurs «positifs»;
  • mener des campagnes de mesures d’hygiène, des programmes d’assainissement et de protection, équiper le personnel d’appareils individuels et appliquer les mesures de distanciation;
  • mettre en œuvre des procédures d’accès aux lieux de travail en utilisant, dans la mesure du possible, également les technologies «intelligentes» disponibles sur le marché.

Doutes et incertitudes

Des secteurs tels que l’hôtellerie, la restauration, la construction et l’industrie doivent redémarrer pour récupérer ce qui a été perdu ces derniers mois, mais pourront-ils respecter les mesures du protocole? Auront-ils reçu des informations adéquates ? les différents lieux de travail en général et, en particulier, les établissements de restauration (certains avec des espaces restreints à la fois dans la salle à manger et dans la cuisine, où les normes d’hygiène sont presque impossibles à respecter) pourront-ils faire face aux règles édictées par le gouvernement? ?

Qui contrôlera tout cela? Qui protégera les travailleurs et les clients?

Tout risque d’imploser face à des situations qui semblent n’avoir aucune solution. Les entreprises, en général, mais surtout les PME, sont vouées à devenir un animal en danger d’extinction, incapable d’accéder à la liquidité en raison de la tortuosité des pratiques documentaires des procédures d’accès au crédit et des subventions mises à la disposition du gouvernement.

Comment remonter les “cercles de l’enfer pandémique”

On pense au propriétaire d’une petite entreprise qui décide de rouvrir et se retrouve face, pour reprendre une métaphore de Dante, aux différents «cercles de l’enfer pandémique» pour pouvoir accéder au moins à l’antépurgatoire, étant donné que le Purgatoire et encore moins le Paradis sont trop d’objectifs, ambitieux et improbables.

L’entrepreneur, animé par l’esprit d’initiative, par la résilience et la créativité typiquement italiennes face aux urgences – qui l’a rendu célèbre dans le monde – ne veut pas abandonner et tente, d’une certaine manière, de remonter le niveau ” groupes”. Le voilà qui se lance dans la voie “initiatique”, car il s’est retrouvé immature face au Covid-19 et maintenant il doit passer les tests, c’est-à-dire les mesures du protocole, pour être reconnu comme convenable et démontrer sa “dignité” à société.

Ainsi commence la chasse aux désinfectants, gants et masques (en espérant les trouver), sans oublier la recherche ardue de «l’algorithme parfait» pour garantir la distance entre tables / bureaux, postes de travail; recherche des producteurs de panneaux de plexiglas et lutte contre les temps d’attente, sans avoir le temps de comprendre quelles sont les orientations du secteur et les indications opérationnelles.

Mais cela ne suffit pas: les entrepreneurs doivent aussi faire face au test le plus difficile: la confrontation avec une bureaucratie exaspérante qu’il faut éviter en ce moment unique de crise et qui, au contraire, est malheureusement “amplifiée”, c’est-à-dire par la bureaucratie, une fois pour toutes, non seulement l’efficacité plus ou moins grande du personnel public, mais surtout la confusion des règles d’application.

Ce sont souvent des «énigmes à révéler», renvoyant à des dispositions qui devraient être rédigées de manière à garantir une interprétation unique pour éviter le mépris et surtout des «contre-ordres» qui contribuent à la confusion. En outre, la méthode de communication aboutit, dans le lexique bureaucratique, à d’autres lignes directrices déformées au niveau local et régional, qui doivent être liées aux dispositions gouvernementales, aux circulaires de l’Istituto Superiore della Sanità et de l’Inail.

Par conséquent, la nécessité d’un libellé “commun et simplifié” des dispositions est soulignée, compte tenu du fait qu’investir dans la sécurité, également en termes économiques, n’est pas secondaire, surtout maintenant, étant donné que ce qui est le plus effrayant, c’est “l’imprévisibilité” de l’évolution de l’économie (souvent, pour une «bizarrerie» bureaucratique, toute forme de soutien est refusée et l’entrepreneur doit simplement abandonner et fermer l’entreprise).

État et entreprise: ne le perdons pas de vue

Qu’est-ce qui ne va pas? Le gouvernement semble incapable de remédier à la situation dans laquelle se trouvent les entreprises et, à ce jour, les «antidotes» adoptés ne sont pas très efficaces pour lutter contre le «virus de la santé et de l’économie». On espère que les mesures futures résoudront le problème de la rapidité avec laquelle les ressources doivent parvenir au système de production, afin d’éviter les «vagues» dramatiques de crises d’entreprises et de pertes d’emplois.

Les entrepreneurs sont de plus en plus inquiets et, avec le temps, le manque de confiance dans les institutions et la triste conscience qu’ils ne peuvent compter que sur leurs propres capacités augmentent.

Le gouvernement ne doit pas oublier que l’avenir de notre économie et le bien-être de la plupart des familles italiennes dépendent de la défense et de la protection des PME. Aujourd’hui plus que jamais, il est nécessaire d’avoir un plan d’intervention à moyen et long terme. de manière à contrer le déclin économique, à restructurer les entreprises et à les rendre plus résistantes aux «tempêtes» éventuelles et futures. Il est également souhaitable de poursuivre le processus de numérisation et d’assurer la flexibilité et l’adaptabilité des organisations, en veillant à ce que le gouvernement mette en œuvre une politique économique efficace pour les mois à venir.

Où en sommes-nous avec la “relance”?

Une véritable «relance» au niveau des pays est nécessaire , afin de permettre à nos entreprises – y compris les chaînes d’approvisionnement – de survivre et de renouer avec la croissance pour faire face au marché national et international.

Le gouvernement doit pouvoir communiquer clairement, afin que la confiance mutuelle s’établisse entre ceux qui gouvernent et ceux qui font des affaires.

Le décret de 55 milliards d’euros récemment lancé est composé de 464 pages et 260 articles et a été défini comme le ” Décret de relance“. En réalité, plus qu’une relance, nous sommes confrontés à une nouvelle manœuvre de bien-être, incapable de trouver des solutions à la situation contingente. Encore un autre “antibiotique” qui ne guérira pas le “pays malade”. Une tentative pour plaire à tout le monde mais, en réalité, rien de décisif pour l’avenir. On pense qu’il faudra des semaines avant que les cabinets d’avocats et les cabinets comptables comprennent comment se dégager et comprendre, en passant par des procédures lourdes et longues, par exemple, comment les fonds mis en place pour les secteurs et les classes sociales, les dizaines de seuils d’accès aux les déductions fonctionnent réellement et les concessions, jusqu’à l’objet mystérieux de la subvention.

Il n’y a pas dans le “décret de mai” – qui, bien que considéré par certains comme la “bouée de sauvetage”, utile pour surmonter la “tempête”, puisque tant de personnes risquent de se noyer, pour beaucoup c’est le moindre des maux – ces règles de simplification , dé-bureaucratie et déblocage des chantiers, nécessaires dans un moment aussi exceptionnel et critique. Dans un premier temps, une loi déléguée au gouvernement pour la réforme fiscale générale visant à alléger la situation des entreprises et à assurer un meilleur fonctionnement du système de sécurité sociale et bancaire n’a pas été envisagée. Nous sommes confrontés à trop de réformes structurelles ratées, reportées à une période de plus grande «stabilité», qui a mis en évidence le manque de courage d’un gouvernement qui ne fait que réitérer les slogans habituels: “nous allons aider tout le monde, nous ne laisserons personne de côté, nous comprenons la colère, mais les Italiens pourront à nouveau montrer leurs vertus civiles et l’esprit de cohésion nationale ».

Le danger est que la colère des acteurs impliqués puisse tôt ou tard dégénérer et se manifester avec force jusqu’à ce qu’elle conduise à des troubles sociaux.

«Potion magique» AAA recherchée

Le mot à la mode du moment est une vision et une approche différente de la politique, qui sait gouverner avec prévoyance et bon sens et fait appel à des professionnels compétents et concrets.

Des investissements productifs massifs sont nécessaires, y compris de nature publique, favorisant les partenariats public-privé qui sont actuellement freinés par le blocage des procédures d’empêchement et par l’absence d’allégements fiscaux, afin de faciliter un nouveau développement et une nécessaire reprise.

N’oublions pas que la «relance» passe aussi par l’innovation , surtout lorsqu’il s’agit de surmonter une crise économique mondiale sans précédent.

Les PME, de par leurs caractéristiques intrinsèques de flexibilité et de capacité à s’adapter dynamiquement aux évolutions du marché – même si épuisées pour le moment et sans espoir de voir, à court terme, l’horizon d’une nouvelle «terre promise» – peuvent représenter le levier. du redémarrage économique. Cependant, pour ce faire, des actions immédiates et efficaces de soutien aux entreprises et aux niveaux d’emploi sont essentielles: liquidité, réduction du coin fiscal, report d’impôt, fonds non remboursable et déblocage des investissements pour redémarrer les chantiers. Ce n’est que si les entreprises produisent notre pays qu’il pourra se redresser.

Prendre les PME par la main

Il est important que les PME comprennent que le moment est venu de s’appuyer, sinon déjà au sein de l’organisation, sur des personnalités managériales externes telles que Risk & Business Continuity et Innovation Manager afin que, après une analyse et une mesure approfondies de leur « fiévreux », sont en mesure de les aider à mettre en œuvre les changements« culturels »nécessaires pour les rendre plus efficaces, flexibles, agiles et prêts à faire face aux défis futurs. Il s’agit d’apporter un accompagnement ciblé pour mieux évaluer la stratégie d’une reprise structurée, pour réagir de manière réactive à un marché erratique tel que le contingent.

En ce moment particulier, il est également souhaitable que les différentes associations sectorielles de Risk & Business Continuity et Innovation Management se mettent à disposition des entreprises – agissant comme de véritables “coachs” et, avec pragmatisme, prennent nos PME par la main, les préparant “jeu” le plus important. Nous devons faire équipe, surmonter l’individualisme entrepreneurial et les silos du corporatisme; les consultants doivent également avoir une approche différente et plus proche, «sortir» du piédestal, «se salir les mains» et, avec un bon sens calibré, accompagner nos PME et les parties les plus exposées de leur chaîne d’approvisionnement de manière agile et flexible pour redémarrer le pays.

Conclusions

Jusqu’à présent, les risques ont été traités à la légère par la plupart des entreprises; nous nous sommes appuyés, en tant qu’Italiens, sur nos «étoiles chanceuses», sur notre capacité à «rebondir». En fait, nous faisons maintenant face au manque de gestion des risques et de continuité des affaires, comme s’ils n’étaient pas des facteurs inhérents à notre vie quotidienne.

Comme beaucoup d ‘”autruches”, nous nous cachons la tête dans le sable pour ne pas voir la tempête qui se profile à l’horizon, diminuant la grande valeur de la capacité à se préparer au risque et préservant la continuité opérationnelle, reléguant – fréquemment – les fonctions , déléguée à cela, à un rôle marginal dans les organisations.

Par ailleurs, ces dernières années, sous le poids des conditions économiques défavorables, nous avons choisi «l’épargne» comme base de la gestion des entités de production. Un excellent manager ou cadre était considéré comme celui qui sauvait tout-court et non celui qui rendait l’organisation plus efficace en évitant le gaspillage et en «la rendant plus efficace», tout en veillant à ce que son travail respecte les principes éthiques, bien conscient du fait que , à chaque action, il y a une réaction, surtout dans un monde globalisé basé sur les interconnexions.

Maintenant, la réalité nous a confrontés à quelque chose de plus grand et de plus inattendu et nous a surpris sans armes: peu ou pas de plans d’urgence, des structures inadéquates, des matériaux de rechange absents. Un changement de paradigme est nécessaire, récupérant l’éthique de manière à nous faire prendre conscience de ce qu’est le vrai bien et quels sont les moyens pour y parvenir; quels sont les devoirs moraux envers soi-même et envers les autres. Une centralité de la personne et de l’environnement dans lequel nous vivons. La politique et les entreprises doivent désormais apprendre à respecter ces facteurs fondamentaux et essentiels, sous peine d’autodestruction.

L’éthique consiste à observer et à évaluer en permanence le monde qui nous entoure en tant qu’individus et en tant que groupe humain; essayer d’identifier les menaces qui se profilent, mesurer nos vulnérabilités par rapport aux menaces et prévoir, à temps, des actions d’atténuation qui doivent être mises en œuvre même lorsqu’elles semblent inutiles et surtout coûteuses.

Il est éthique de préparer à l’avance des plans de gestion des risques, sans oublier les plans de continuité d’activité qui garantissent la reprise de toutes les activités après un événement critique. Tout cela coûte, bien sûr, mais certainement moins que le coût d’une intervention corrective activée sous la pression de l’urgence.

Cours et appels historiques: dans le passé, moins informatisé et automatisé, tout cela était présent, quoique de manière simple et non structurée. Ce n’était pas une question d’éthique, mais de bon sens. Il n’est pas nécessaire de se préparer uniquement en cas de guerre: les organisations doivent être prêtes à réagir face à un événement soudain, dans le but de protéger les entreprises, les humains et le contexte dans lequel ils vivent. Dans le passé, il aurait été impensable de déléguer la fourniture de certains matériaux ou produits semi-finis à un seul pays tiers; personne n’aurait réduit le nombre de lits dans les unités de soins intensifs des hôpitaux publics au minimum nécessaire uniquement à la gestion de la vie quotidienne. Dans le passé, nous avions l’habitude de «prévoir»; malheureusement, le mantra des dernières décennies a été«Profiter, épargne, obtenir des résultats à court terme» , sans tenir compte des effets à long terme.

Le système économique et politique doit maintenant pouvoir intégrer l’idée de réciprocité et d’interdépendance absolues et totales, intégrant en même temps le principe du bien commun. Par conséquent, ce n’est qu’en surmontant les schémas économiques et politiques actuels que nous éviterons la radicalisation des différences entre les partenaires sociaux et entre les peuples, générant des scénarios de conflit inévitables d’une portée ingérable; sinon le château de cartes, sur lequel les différents pays sont bâtis au niveau mondial, s’effondrera.